// Exposition photo - Argazki erakusketa //

 

NOS PAS DANS LEURS PAS - GURE URRATSAK HAIEN URRATSETAN

06/11/2021 > 02/01/2022

Camille Jullian Plazan

Une exposition portée par la mairie de Ciboure en collaboration avec la photographe Séverine DABADIE

              


En octobre 2021, la Semaine bleue a fêté ses 70 ans. Et la Ville de Ciboure, sa première participation à cette manifestation qui œuvre pour mettre en lumière la place des aînés dans la vie de la cité.
Aniztasuna, belaunaldien arteko nahasketa, kultura, kirola eta elkartasuna denekin partekatu nahi izan ditugu lehen edizio horren kari.
C'est pourquoi, l’idée d’une exposition à l’honneur des Cibouriennes et Cibouriens, pêcheurs, ouvrier(e)s, artistes ou encore paysan(nne)s et militant(e)s, a germé dans nos esprits. Et les noms, les visages de 23 Cibouriennes et Cibouriens sont apparus comme une évidence, pour témoigner de Ciboure d’hier et d’aujourd’hui.

Kultur & Elkarte bizitza zerbitza
Service Culture & Vie associative   
Mairie de Ciboure / Denak Batean
Place Camille Jullian
64500 Ciboure
animations@mairiedeciboure.com
06 10 75 45 61


 


La presse en parle : ICI

Voir quelques images de l'exposition et de son inauguration ICI

 


Amets Arzallus, grand bertsulari (improvisateur) lors de l'inauguration de l'exposition le 06/11/2021

 

 

Texte lu lors de l'inuaguration par la photographe :
Nos pas dans leurs pas, c'est le titre que nous avons souhaité donner à cette exposition parce qu'il est emblématique de la démarche mise en oeuvre dans le cadre de la première participation de la Ville de Ciboure à la Semaine Bleue consacrée aux Séniors. Le Service Culture et vie associative et le Service Animation de la Ville tout comme le Centre d'Action Sociale et le Foyer foyer Iduski Ederra se sont joint avec enthousiasme à ce projet.Tout le monde aura remarqué la jeunesse du Conseil Municipal et c'est pourquoi cette volonté de célébrer les Anciens est d'autant plus notable.
Pour moi qui suis entre deux eaux, entre deux âges, ce projet était important car dans mon travail, la notion de patrimoine immatériel, de transmission, de mémoire constitue une boussole. Née à Biarritz et arrivée à Ciboure à l'âge de 4 ans, j'ai toujours eu le sentiment que cette ville, cette baie, cet horizon m'avait façonnée au grès des marées, des tempêtes et des reliefs accidentés. Cette ligne d'horizon au large, au-delà des digues était emplie de mystères et d'aventures et m'appelait. Mais c'est au creux de cette baie protectrice, protégée par la silhouette du fort que nous les Cibouriens aimons nous retrouver. Je suis convaincue qu'en tant que port, Ciboure et Zokoa ont modelé nos caractères, nos rêves et nos aspirations. Il y a un fonds commun à tous les Cibouriens qui a été façonné par la géographie mais aussi par l'Histoire et c'est ce que nous avons voulu souligner à travers ces rencontres.
Cette exposition a été souhaité, soutenue et accompagnée par la Mairie à travers le suivi d'Emilie Dutoya, Sabrina Berrouet, Sandrine Zamora, Myriam Hammami et Carine Lalun. Le souhait de tous était bien entendu d'honorer et mettre en lumière des Cibouriens mais au-delà de cette volonté, il était important que ceux-ci soient représentatifs de l'ensemble des Cibouriens. Il a fallu se limiter dans le nombre de participants et nombreux sont ceux qui auraient mérités d'apparaître. Ce panel, ce kaléidoscope de personnalités si différents soient-elles, c'est l'histoire de Ciboure. Ces visages, ces parcours, nous racontent l'histoire de notre ville dans sa complexité, dans son évolution.
Ils nous parlent d'un temps où Ciboure était une ville de pêcheurs, de conserveries que nombres de travailleurs rejoignaient parfois dans la nuit noire, chaussés de sabot, arpentant les chemins du halage pour rejoindre l'usine à l'appel de la sirène qui déchirait le silence. Ils nous parlent du Ciboure des travailleurs, d'un temps qui voyait le port rempli de bateaux qui chaque hiver rejoignaient les côtes africaines, de quais vivants où thons et sardines étaient débarqués dans un brouhaha joyeux. Ils nous parlent du Ciboure qui savait accueillir ceux qui, chassés par la dictature franquiste, franchissaient la Bidasoa pour vivre en paix chez nous. Ils nous parlent du lien avec la Bretagne, de la solidarité des pêcheurs, du baltsan qui a façonné l'âme cibourienne, de la nécessaire solidarité, d'un temps sans télévision où les gens se croisaient, se reconnaissaient, se parlaient durant des soirées entières sur les bords de la Nivelle ou du port de Zokoa. Ils nous parlent de Ciboure qui comptait nombre de fermes, d'artisans en tout genre. Ils nous parlent des gens simples qui constituaient la population de Ciboure. Ils nous parlent aussi de la beauté, de l'art et de la joie de la création qui ont resplendi bien au-delà des frontières de la ville. Ils nous parlent de cette guerre qui a bousculé leur jeunesse, les a privé de liberté et des biens élémentaires. Ils nous parlent du courage qu'ils ont eu pour l'affronter et de ceux qui se sont dressés pour l’honneur de tout un pays, endossant avec modestie un destin hors du commun. Ils nous parlent des combats qui ont rythmé leur vie et des pierres qu'ils ont ajoutées à la construction de notre monde.
Vous êtes les Cibouriens dans leur richesse et leur différences. Vous êtes les représentants des valeurs que les Cibouriens chérissent. Vous avez su sans nostalgie ni amertume nous montrer la voie à suivre. Et à moi, personnellement, vous avez offert votre gentillesse, votre accueil chaleureux et vos visages qui m'ont raconté le Ciboure qui coule dans nos veines et irrigue nos aspirations et je vous en suis profondément reconnaissante.
Parfois, il nous arrive de ne plus reconnaître Ciboure, d'avoir peur que ses particularités ne se retrouvent diluées. Il convient que ce soit nous qui nous réappropriions notre histoire, nos valeurs, notre culture, notre langue. Vous avez été là pour nous le rappeler. Milesker handi bat !
Vous n'êtes pas notre passé mais bien au contraire notre avenir car vous éclairez notre chemin et riches de votre expérience, vous guidez nos pas.
Séverine Dabadie
 
 



QUELQUES IMAGES À PROPOS DU TRAVAIL DE SÉVERINE DABADIE ET SA MANIÈRE DE L'ENVISAGER
(Un reportage du Magazine du pays Basque, France 3 Aquitaine par Perrine Durandeau)





Diaporamas, films : Un regard sur le travail photographique de Séverine Dabadie





 





Printemps 2020, l'Europe presque tout entière est confinée à cause du Coronavirus (Covid 19) qui sévit sur l'ensemble de la planète. Les villes et les villages sont vides, les plages désertes. Cette étrange parenthèse au Pays Basque est ici documentée par les photographies de Séverine Dabadie qui équipée de son appareil photo a longé la côte de Bayonne jusqu'à la frontière d'Hendaye (Espagne) bloquée par les services de police. Parallèlement, dans son jardin, le printemps éclot dans toute sa grâce et sa splendeur. Cette étrange expérience de quelques semaines a marqué le monde entier. En voici le témoignage poétique et photographique au Pays Basque.









 



 

POEMA BAT DA HERRI HAU / CE PAYS EST UN POÈME
 

POÈMES : ITXARO BORDA
PHOTOGRAPHIES : SÉVERINE DABADIE
(En collaboration avec Christiane Etchezaharreta)

Edition bilingue (poèmes traduits par l'auteur) publiée par ELKAR

voir le diaporama (20 min)


 

« A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes… »
Arthur Rimbaud dans "Voyelles"

 



 

Photographe professionnelle représentée en France par les agences ANA (Paris), Only France et Only World (Paris) et en Inde par la Kriti Gallery

Livres de photographies publiés chez Elkar, Roli Books, La Cheminante, Pilgrims

«La photographie est un couperet qui dans l’éternité saisit l’instant qui l’a éblouie» : Henri Cartier-Bresson
 

Auteur de 6 livres de photographies, de nombreuses expositions et autres publications dans la presse écrite, Séverine Dabadie partage sa vie entre l'Inde et le Pays Basque. 
 


Professional photographer represented in France by the ANA Agency (Paris), Only France and Only World (Paris) and in India by the Kriti Gallery

6 Photography books published by Elkar, Roli Books, La Cheminante, Pilgrims

"Photography is a cleaver in eternity that captures the moment that has dazzled": Henri Cartier-Bresson

Author of 6 books of photographs, numerous exhibitions and press publications, Severine Dabadie divides his time between India and the Basque Country.


 



Fotógrafa profesional representada en Francia por las agencias ANA (París), Only France y Only World (Paris) y en India por la Kriti Gallery

Libros de fotografía publicados por Elkar, Roli Books, La Cheminante, Pilgrims

"La fotografía es un cuchillo en la eternidad que capta el momento en que ha deslumbrado": Henri Cartier-Bresson

Autora de 6 libros de fotografías, numerosas exposiciones y publicaciones, Severine Dabadie comparte su tiempo entre la India y el País Vasco.


 



Reproduction, use or disclosure without express authority of Séverine Dabadie is strictly forbidden
All right reserved © 2007-2020

Reproduction, utilisation ou divulgation sans autorisation expresse de Séverine Dabadie est strictement interdite 
Tous droits réservés © 207-2020 
La reproducción, uso o divulgación sin autorización expresa de Séverine Dabadie está estrictamente prohibido 
Todos los derechos reservados © 2007-2020